Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2013

Pensée du jour : l'erreur est humaine

le temple de jérusalem, steve berryParfois j'aime me faire du mal avec des livres... A l'automne je n'avais même pas fini Le Code Jefferson de Steve Berry, au bout de 15O pages j'avais déjà appris tout ce que je voulais savoir sur cette organisation secrète qui a commandité l'assassinat de 4 présidents américains et sur ce fameux code de cryptage qui a réellement existé. Donc je voyais pas vraiment l'utilité de me farci les 400 pages restantes.

Fort du succès en France du Code Jefferson, Le Cherche Midi, l'éditeur de Steve Berry s'est empressé de publier le dernier succès outre-atlantique de l'écrivain. Je me suis fait avoir, entre guillemets, puisque j'en suis à la page 174 et que je n'ai pas encore envie de dormir. Ca s'annonce quand même plus alléchant, cet espèce de nouveau Da Vinci Code qui part à la recherche du trésor perdu du temple de Salomon tout en nous alléchant avec l'annonce d'un secret inédit concernant Christophe Colomb (cherchez le rapport...). Alors oui, d'accord je me suis peut être pas faite avoir, comme on dit y a que les cons qui changent pas d'avis donc pourquoi rester sur le mauvais souvenir d'un auteur ? C'est tout à mon honneur vous me direz. Mais bon ce qui me hérisse le poil n'a rien à voir avec l'histoire ou l'écriture de l'auteur. C'est... c'est... c'est... les coquilles !!!!! Mais y a plus de relecture chez les éditeurs ?!! L'erreur est humaine, mais ça fait toujours bizarre une coquille* ! Et ce n'est pas le Cherche Midi qui s'est dit "Ah tiens si on faisait une bonne blague !", non c'est un truc que j'ai remarqué dans plusieurs bouquins sortis très récemment chez de grands éditeurs. Crise oblige, on ne relit plus avant l'impression.

Alors vous me direz, c'est quoi le comble pour une fille qui a un DEA en Sciences du langage ? C'est de faire d'énooooormes fautes d'orthographe, sans parler de celles de syntaxe, et de tiquer quand elle voit une coquille dans un bouquin. Mais bon, moi ça m'irrite la rétine.

 

Pour finir si vous avez aimé Da Vinci Code (pas en ce qui me concerne) vous aimerez Le Temple de Jérusalem de Steve Berry.

 

*"Une coquille est une erreur de composition en typographie, que ce soit par omission (bourdon), par addition, par interversion, ou par substitution de caractères, initialement dans les ouvrages imprimés, puis par extension sur support dactylographique et informatique — où l'on parlera plutôt de faute ou d'erreur de frappe ou de saisie." Wikipédia.

04/04/2013

Oyez, oyez !

On serait sur la piste d'un tableau de Modigliani perdu ! Une toile de maître inconnue du grand public cela n'a pas de prix vous imaginez bien. Tout le monde de l'art doit se lancer à sa recherche, certains pour l'amour (de l'art éhé), d'autre par cupidité, certains par ennui, d'autres parce que c'est leur métier, des étudiantes en histoire de l'art, des collectionneurs, des galéristes avides de gros sous et d'autres dans le besoin, des artistes dépités en mal d'argent..; On croise de tout dans Le Scandale Modigliani de Ken Follett, et surtout beaucoup de personnages, résultat on s'y perd et on a du mal à voir comment chacun va tirer son épingle du jeu. Le début du roman est particulièrement séduisant puisqu'on annonce la thèse d'une étudiante sur les effets des drogues dans la création picturale, c'est d'ailleurs son sujet de doctorat qui la ménera sur la piste du Modigliani perdu. J'en suis à la moitié du livre et pour le moment les pistes pour le retrouver sont plutôt maigres et pas très bien ficelés même si on voyage de Paris aux galeries de Londres en passant par la campagne italienne. Mëme si le scandale tant attendu tarde à se faire connaître, même si on se perd dans cet imbroglio de personnages secondaires, au final ça a son charme et pour le moment j'ai encore envie de finir le bouquin, voilà pourquoi j'en parle aujourd'hui, moi qui n'avait jamais lu Ken Follett (même pas Les Pilliers de la Terre, bouuuuh).

Modigliani on weed ça pourrait ressembler à ça, ou encore à ça ou ça. modigliani, le scandale modigliani, ken kollett
modigliani, le scandale modigliani, ken kollettmodigliani, le scandale modigliani, ken kollett

02/04/2013

Madame est servie

Une jolie histoire de femme sous le soleil pastel de Sardaigne (encore). la comtesse de ricotta, milena agus

La Comtesse de ricotta de Milena Agus n’a rien d’une comtesse, sa famille est désargentée et ses mains encore plus molles que le célèbre fromage italien. Dans la vie comme en amour, tout lui échappe et elle se laisse porter en espérant rencontrer l’amour, un homme qui serait comme un père pour son fils dont tous les enfants de l’île se moquent à cause de ses lunettes aux verres encore plus gros qu’une loupe.

Les soeurs de la Comtesse poursuivent elles aussi des rêves inaccessibles mais reprochent à
leur soeur son penchant pour la rêverie.

Non, Noémie l’aînée se démène comme une damnée pour que le palazzio familiale retrouve son luxe d’antan et la famille son statut d’aristocrate. Maddalena, elle, se rêve mère de famille comblée et pour cela tous les vendredis soirs elle passe de Bobonne à déeese de la luxure. Elles rêvent, elles courent chacune à sa manière, dans la frénésie de l'acte sexuel ou dans le lenteur de l'attente après une vie qu'on souhaite plus douce ou plus méritée.  Mais les trois soeurs vont apprendre que les rêves se payent parfois au prix du renoncement. C’est une jolie histoire de femmes, une fable qui parle de rêves et d’espérances avec beaucoup de poésie et tout cela avec en musique de fond une lancinante roucoulade italienne.