Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2014

Trente-six heures de la vie d'une femme (parce que 24 ce n'est pas assez)

J'adore Stefan Zweig... alors quand je vois un titre qui détourne celui d'un de ses romans le plusagnès bihl, trente six heures de la vie d'une femme connu, forcément ça m'interpelle.

Agnès Bihl est chanteuse et Trente-six heures de la vie d'une femme (parce que 24 ce n'est pas assez) est l’adaptation romancée des titres de son album éponyme. Personnellement, je trouve qu'il y a parfois un peu trop de lieux communs sur les rapports hommes-femmes. Mais bon dès qu'on touche au sujet on tombe dans certains représentations donc je ne lui en veux pas. Certains nouvelles sont très bonnes comme celle mettant en scène ce psychiatre qui a une façon bien à lui pour soulager la souffrance de ses patients !

Moi je salue plus que les nouvelles en elle-même, cette belle initiative d'Agnès Bihl de romancer ses chansons ! Ca se lit bien et rapidement, ça fait beaucoup sourire et grincer des dents, une bonne lecture pour se détendre et rire un peu de nous-même.

07:19 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2014

La Petite communiste prisonnière de son succès

la petite communiste qui ne souriait jamais, lola lafonNadia Comanci est une légende à elle seule. Comment ne pas être fasciné par ce fil de fer qui à 14 ans à mis à mal le système de notation de l'épreuve de gymnastique des JO de Montréal en obtenant la note de 10 ?

En 1976 Nadia Comanci i fait souffler un vent de perfection sur les épreuves de gymnastique. Son assurance, son côté "je suis un robot qui exécute à la perfection ce qu'on m'ordonne" devient le flambeau du communisme de Ceauscecu. Toute sa vie la petite gymnaste, sera l'instrument de propagande politique du dictateur roumain et de son entraîneur. On se questionne tout le long du livre sur le libre arbitre de Nadia qui exécutera sans jamais ou presque faillir à la mission que ses performances physiques lui imposent.

Quel est dans les années 80 le regard que l'on pose sur le corps de ces jeunes filles que l'on condamne à ne jamais grandir, à rester éthérées et aériennes comme un rêve fait de vent ?

la petite communiste qui ne souriait jamais, lola lafonLa Petite communiste qui ne souriait jamais, n'est pas une bio de Nadia Comanci. Lola Lafon s'est prise au jeu de décrire le quotidien de cette jeune fille qui a perdu sa vie en l'offrant à la "perfection" et au regard des autres.  Je vous le recommande.

25/11/2013

A taaaaaable !

chantal pelletier, tirez sur le cavisteUn petit polar ça faisait longtemps, non ?! Cette fois c'est Chantal Pelletier qui à l'honneur avec Tirez sur le caviste, un polar tout en arôme de bœuf bourguignon arrosé d'un sauvignon cabernet. Si le polar gastronomique est un genre littéraire qui n'existe pas encore Chantal Pelletier en est la précurseuse. Chef de file de ce genre en devenir, elle livre un polar aux accents de roman noir qui donne envie de se mettre à table ou aux fourneaux, selon les convenances.

Quand vous l'aurez lu vous saurez que le céleri rémoulade se prépare avec une bonne mayonnaise maison agrémentée d'un peu de persil. Malheureusement pour la femme de notre caviste c'était la faute de gout de trop qui lui a couté une balle dans le buffet. Le caviste ne rigole pas avec la bouffe. Fin gourmet au palais raffiné, il est accro aux bonnes choses mais un peu feignant. Alors hop, une chômeuse de moins, ce qui ne fait pas de mal à personne en ce moment, il engage une fille un peu paumée pour lui cuisiner des petits plats. La mayonnaise prendra t'elle entre les deux gourmets ?