Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2017

Loup, que fais tu ?

Daphné a qui la vie sourit, est mariée à un homme parfait, brillant, séduisant et attentioné qui lui a donné deux charmantes petites filles. Daphnée, femme épanouie dans son travail mène sa carrière de front tout comme sa vie de famille même si son poste l'amène à s'éloigner chaque semaine du cocoon familliale. C'est lorsque son aînée, en pleurs lui demande de ne plus s'absenter car quand elle n'est pas là le loup vient et qu'elle en a très peur, que le tableau parfait commence à se fissurer pour finir par voler en éclat. Daphnée questionne comme elle peut sa fille en essayant de ne pas mettre les mots d'adultes sur les sombres confidences de la petite fille. Elle ne peut pas croire que l'homme qu'elle aime puisse être le pervers décrit. Et pourtant... Daphnée se prend la réalité sordide du quotidien de ses filles en pleine face. Lorsqu'elle décide de prendre les choses en main, c'est le système judiciaire français et toutes ses ambiguïtés qui va noircir encore plus le tableau. De victime à coupable c'est le combat d'une mère pour arracher ses enfants à l'abject et l'ignominie, et un plaidoyers pour une justice plus... juste.
Tous les bourreaux, violeurs et criminels sont les fils d'une mère, et c'est à celle de son mari que Daphnée adresse la lettre qui tient lieu de roman. Le combat de Daphnée deviendra également celui de cette femme qui pensait son fils parfait.
Il n'est pas fréquent qu'un homme écrive le combat d'une femme et je salue Mathieu Menegaux pour cela avec son Un fils parfait.

16/03/2013

Vous avez la monnaie ?

le jour où les chiffres ont disparus, olivier dutaillisLe jour où les chiffres disparaitront nous n’aurons plus de numéros de sécurité sociale, de téléphone,on troquera des cailloux contre une botte de carottes, on ne pourra plus emprunter de livres à la bibliothèque, comme avant on gardera sous son matelas ses économies dans un bas de laine puisque
les banques n’existeront plus….

Anna, jeune flûtiste virtuose, les chiffres elle les connait bien.
Impensable de rater une mesure en plein milieu d’un concert. Ce tic-tac incessant des chiffres quis’égrènent et contrôlent nos vies lui rempli la tête et la submerge en plein concert. C’est le black-out.
Plus de chiffres, Anna n’en veut plus, fini de compter la mesure, fini de compter la monnaie pour la baguette, fini de scruter les minutes qui s’égrènent sur l’horloge du bureau, fini de se lever trop tôt ou trop tard… Anna imagine un monde sans chiffres, où nous ne serionsle jour où les chiffres ont disparus, olivier dutaillis plus un numéro dans un ordinateur, où nous redeviendrons des êtres humains.

Mais le monde est il prêt à voir les chiffres disparaitre ? Que deviendrions-nous ? Le temps existerait-il encore ? J’ai la réponse, j’ai lu le livre etce qui est sûre c’est que si les chiffres n’existaient pas j’aurai eu une meilleure mention au bac. C'est Le Jour où les chiffres ont disparus, c'est un gros bordel et c'est Olivier Dutaillis qui raconte.

07/03/2013

L'Atelier des bras cassés

l'atelier des miracles, valérie tong cuongAvant sa sortie en janvier on a beaucoup parlé de L'Atelier des miracles de Valérie Tong Cuong. Ce serait un beau livre sur l'entre-aide, la générosité et la chance d'une seconde vie. On en a beaucoup parlé... 

Alors moi je me suis dit ça doit être pas mal, 3 personnes en pleine détresse sociale à qui on offre une chance de repartir à zéro. Une prof qui pète les plombs et envoie valser un de ses éléèves dans l'escalier, une jeune femme qui se fait passer pour amnésique après un incendie pour oublier la culpabilité qui la ronge depuis 10 ans, un ancien militaire qu'on imagine plutôt ancien barbouze qu'on sort de l'enfer la rue (le seul personnage vraiment intéressant du bouquin), et cette seconde chance orchestrée par Mr Jean qui dirige une association appelée L'Atelier des miracles. Ca a l'air plutôt bien dit comme ça et moi j'imaginais la faille dans toute cette bonté, un truc qui dégènererait en secte glauque avec Mr Jean dans le rôle du gourou Skippy.

Alors j'ai cherché la faille béante dans cette belle histoire, elle y est mais tellement petite que je suis pas arrivée à m'y engouffrer. Je voulais vraiment un truc bien glauque et pervers, mais ça n'était pas vraiment au rendez-vous. Valérie Tong Cuong montre que la bonté sans arrière pensée ça n'existe pas mais c'est fait sans grande finesse à mon goût et sans qu'elle l'ai exploité à fond. Bref, j'ai été déçue...