Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le Service des manuscrits » d’Antoine Laurain

Quand Violaine Lepage, éditrice en vue et responsable du service des manuscrits d’une célèbre maison d’édition, sort du coma après un accident d’avion, c’est la surprise. Le premier roman Les Fleurs de sucre qu’elle vient de publier se trouve dans la première sélection du Goncourt. Au fur et à mesure que l’étau de la sélection se resserre, des événement étranges se succèdent. Tout d’abord, les pertes de mémoire de Violaine qui ne se souvient ni d’être fumeuse ni kleptomane. Jusque là rien de bien méchant qui ne pourrait pas être imputé à son coma. Le plus grave et le plus inquiètant étant le soudain silence de l’auteur-e que personne n’a jamais rencontré-e et les meurtres décrits dans le livre qui se déroulent à la lettre près depuis un an et que Sophie, lieutenant de police normande en charge de l’affaire, n’aurait jamais reliés au roman les Fleurs de sucre si celui-ci n’avait pas été publié.

Excepté Fume et tue, qui serait celui qui se rapprocherait le plus dans le style narratif du Services des manuscrits (tous les deux ont des accents de polar), j’ai lu tous les Antoine Laurain. Ici encore Laurain donne vie aux objets et cette fois-ci pas n’importe lequel : un livre. Cet objet de fantasme et de labeur que couve pendant des mois, voir des années, même une vie entière pour certains, un auteur. Cet objet que chaque lecteur fera vivre à sa manière. Comme dans le Chapeau de Mitterand, le livre Les fleurs de Sucre ici mis en abîme est un personnage à part entière du roman. Tout tourne autour de lui et de son/sa mystérieux-se auteur-e, davantage qu’autour du service des manuscrits qui donne son titre au roman. Ici on se demande si le livre, le roman prend une dimension prédictive ou résiliente, voir les deux à la fois.
Ce nouvel opus d’Antoine Laurain mêle les codes du polar et du roman, légèreté et noirceur avec des thèmes comme le viol jamais abordé jusqu’ici dans ses romans. Je l’ai dit, j’ai lu tous les Laurain donc forcément j’apprécie son style et son travail, et même si dans ce dernier roman il s’ouvre à un autre genre il ne perd rien de ce qui a fait son succès.

Écrire un commentaire

Optionnel