Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2013

Ils sont fous ces autraliens !

l'ivresse du kangourou, kenneth cookSi vous avez aimé L'ivresse du Kangourou de Kenneth Cook vous aimerez Piège Nuptial, l'adaptation BD par Christian de Metter du roman de Douglas Kennedy !

Un kangourou alcoolique, un chien plus gros qu'un poney qui croise un chat plus gros que le chien mutant, des australiens qui tiennent plus à leurs chiens qu'à leurs 4x4, un aborigène capable de fPiege-nuptial002_JDM_138162.jpgaire disparaitre le cricket de la surface de la terre et au milieu un narrateur poisseux et froussard qui aime les grands espaces du bush australien agréémentés de bon whisky.

Voilà ni plus ni moins, ce que vous croiserez au détour des 14 nouvelles de L'ivresse du Kangourou . C'est un peu la déglingue de la nature et ça se lit super bien si on veut rêver de grands espaces et piquer de petits fou-rires !

piège nuptial, christian de metter, douglas kennedy

La déglingue est aussi au rendez-vous dans Piège Nuptial avec ses red-necks autraliens et consanguins qui n'hésitent pas à kidnapper un pauvre touriste désabusé pour amener un peu de sang frais dans leur communauté perdue au fin fond du bush

11/12/2012

Livre tatin

frankeinstein, mary shelley
http://www.deezer.com/fr/search/where%20the%20wild%20roses
Connaissez vous l'histoire de la tarte tatin ? Parail-il que son "inventeur" voulait simplement cuisiner une tarte normal mais que de sa maladresse est née un classique des repas du dimanche. Un pied qui trébuche, une tarte qui se renverse au moment d'être servie et voilà la tarte tatin ! Alors non, le blog ne se transforme pas en chronique culinaire, je vous rassure j'aurais peu de choses à dire.

Tout ça pour lancer une nouvelle rubrique sur les secrets de l'orgine de certains livres. Certains ont des histoires surprenantes, anecdoctiques,  chaotiques, ils sont nés d'un farce ou d'un défi et ils sont devenus des classiques étudiés dans le monde entier (ou pas).

Tout le monde a entendu parlé du personnage de Frankenstein, tout le monde a déjà vu des extraits des films dont il est le héros dans les rétropsectives de la chaîne 13 ème rue. Et tout le monde sait que le personnage est tiré du premier roman romantico-gothique (oui oui ce genre littéraire existe) de Mary Shelley Frankenstein ou le Prométhée moderne.

Mais qui sait que cet énorme classique qui stimule l'imagination des cinéastes et des écrivains depuis des lustres a été écrit en quelques heures ? Durant l'été 1818, Mary Wollestoncraft Godwin accompagnée de son futur mari et romancier Percy Shelley, rend visitebande dessinée, mary shelley, casanave, vendermeulen à sa demi-soeur la compagne de Lord Byron le célèbre et outrancier poète anglais, dans la maison de celui-ci à Cologny dans le canton de Genève. L'ambiance est éprouvante, entre la pluie qui ne cesse de tomber, les histoires de fantôme dont on se gave et l'émulation de ces trois esprits littéraires. Un soir, ils se lancent un défi, celui d'écrire chacun une histoire de fantôme. Il faut savoir que cet été là, au bord du Léman on parle beaucoup de Erasmus Darwin dont on disait à l'époque qu'il avait réussi à ranimer de la matière morte.

En rêvant éveiilée sous l'emprise de l'opium Mary Shelley écrit en quelques heures l'histoire de cette créature réssucitée du néant par Robert Walton. Grâce à un été pluvieux, une bonne dose d'opium, un défi entre amis et le talent de Mary Shelley un nouveau genre était née et un chef-d'oeuvre voit le jour... A méditer (hien Geoff) !

Et tatiiiiin ! Comme quoi la lecture c'est bon pour la culture, vous retrouvez toute cette histoire dans les 2 tomes de la BD Shelley aux éditions Le Lombard par Casanave et Vendermeulen.

22/11/2012

Quand la liberté d'expression a le cafard

une métamorphose iranienne, mana neyestaniComment un tout petit dessin, un cafard, dans un journal pour enfants, entrâine l'emprisonnement et l'exil forcé de son illustrateur ? Imaginez, vous vous appellez Mana Neyestani, vous êtes iranien et ce petit dessin crayonné sans mauvaise intention va bouleverser votre vie et celles de milliers d'autres personnes.

Mana Neyestani dessine depuis l'âge de 16 ans dans des journeaux réformistes iraniens et le changement de gouvernement le force dans les années 2000 à travailler exclusivement sur des illustrations de presse pour la jeunesse. Un jour où la chaleur écrase Téhéran, Mana Neyestani dessine la rencontre de son personnage avec un cafard. A cause d'un mot azeri (Note de la Bloggeuse : les azeris sont l'ethnie d'origine turque de l'Iran) prononcé par le petit cafard, l'Iran s'enflamme. Le petit mot prononcé sans une métamorphose iranienne, mana neyestanimauvaise intention entrâine des manifestations dans les universités qui descendent rapidement dans les rues et se transforment en affrontements sanglants entre la communauté azeri choquée qu'on la compare à des cafards, et les forces armées iranniennes.

Mettant en danger la sécurité intérieure du pays Mana Neyestanii et le rédacteur du journal sont arrêtés et incarcérés en détention provisoire pour calmer les esprits échauffés. Pendant qu'ils subissent interrogatoires sur interrogatoires, le malheureux cafard continue à faire couler le sang, c'est maintenant l'Azerbaidjan qui s'enflamme. La détention des deux malheureux durent 51 jours pendant lesquels ils connaissent l'enfer des prisons iraniennes peuplées de junkies qui ne supportent pas le sevrage du crack et de bon nombres d'autres malheureux. Les services secrets iraniens les interrogent, les accusent d'avoir reçu de l'argent pour semer le trouble et les somment de livrer des informations sur les journalistes et illustrateurs de presse dissidents au régime. L'enfer, le cauchemar, l'isolement, l'angoisse, la culpabilité sont leur quotidien. Au terme de 51 jours de détention, Mana et son rédacteur sont  relâchés pour quelques jours dans l'attente de leur procès.

une métamorphose iranienne, mana neyestaniAu terme duquel il savent qu'ils ne vivront plus jamais vraiment libres quelqu'en soit l'issue. On les forcera à trahir leurs amis pour échapper à la prison, et la prison ils ne veulent pas y retourner, surtout pas au prix de la trahison. Accompagné de sa femme, Mana Neyestani fuit vers Dubai sous prétexte de passer quelques jours au calme avant le procès et le retour à la prison d'Evin. Les quelques mois que leurs visas leur permet de rester à Dubai ils les passeront à chercher le moyen de fuir le Moyen-Orient avec le statut de réfugiés politiques. Entre faux espoirs et désillusions sur l'humanisme de certains pays (et oui la France n'est pas celle de Jean-Jacques Rousseaux...) le quotidien de Mana Neyestani et de sa femme n'est pas vraiment très rose, les lendemains ne chantent pas très fort... De Dubaï ils passent ensuite en Turquie puis en Malaisie, où en désespoir de cause ils font appel à un passeur, bien mauvais puisqu'ils ne passeront jamais au Canada... Grâce à un visa étudiant Mana Neyestani et sa femme restent ensuite quelques années en Malaisie. Leur exil forcé a maintenant trouvé refuge en France puisque Mana Neyestani est aujourd'hui en résidence d'artiste à la Cité des Arts de Paris avec le soutien de l'UNICORN qui vient en aide aux artistes réfugiés politique.

Voilà comment un petit dessin bouleverse la vie de milliers de personnes, voilà comment tourne le monde maintenant, voilà comment la liberté d'expression a des frontières aussi étriquées que le plus petit des pays...

Le témoignage de Mana Neyestani dans Une métamorphose iranienne aux éditions Ca et là est un énorme coup de coeur BD. Dès que l'on parle d'atteinte à la liberté d'expression notre morale bien pensante de petits européens relativement libres de dire ce qu'ils veulent, nous force toujours a nous offusquer, oui il faut dire la vérité. Mais là c'est autant sur le fond que sur la formeque je conseille Une métamorphose iranienne.

On retrouve dans Une métamorphose iranienne une note de poésie dans ce monde de brutes, propre aux intellectuels perses et rien que pour son trait de crayon cette BD est magnifique.