Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2013

Les derniers jours d'un humaniste

les derniers jours de stefan zweig, laurent seksik, guillaume sorelDe Stefan Zweig on connait l'oeuvre et l'humanisme qu'il le caractérisait. On connait Le joueur d'échec, La confusion des sentiments ou Vingt-Quatre heures de la vie d'une femme. Mais on connait moins les circonstances qui entourent sa triste mort.

Pourquoi un homme qui croyait tant aux valeurs de l'humanisme se donne t-il la mort ? (Oui pas très drôle aujourd'hui...). La réponse réside assurément dans le contexte mondiale et historique des Derniers jours de Stefan Zweig et dans son exil forcé hors d'Europe. La seconde guerre mondiale et le nazisme sont à l'origine de la fuite des cerveaux les plus grands de l'Europe, Stefan Zweig comme son ami Albert Einstein (à qui il dédia sa biographie de Freud, ou Jung, je ne suis plus très sûre) ne fait pas exception. Ayant perdu la foi dans le genre humain qui le caractérisait, Stefan Zweig s'en est allé d'abord en Angleterre, puis à New-York, et sera accueilli en héros au Brésil.

Le Brésil, là où commence Les Derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik et Guillaume Sorel. Je ne peux pas vous parler du roman en lui-même car je ne l'ai pas lu, aujourd'hui pour changer ce sera l'adaptation BD !

Accompagné de sa seconde femme, Lotte, de santé fragile et bien plus jeune que lui, ils fixent leur exil apatride dans la douce ville de Petropolis. Douce et belle est Petropolis, et Sorel lui rend hommage avec des couleurs à la fois pastels et "luxuriantes" (oui une couleur peut être "luxuriante" !) qui contrastent tellement avec la noirceur de l'époque et la désillusion de Zweig en l'espèce humaine que décrit Seksik.

J'ai envie de dire, les couleurs sont pour Lotte, pleines de vie et d'avenir et les mots sont pour Zweig, désabusés et meurtris.

Mais comment vivre dans ce monde qui n'est plus Le monde d'hier*? Les Derniers jours de Stefan Zweig auraient pû s'intituler Les Derniers jours d'un condamné**, dont la fin est à la hauteur de toute l'espérance qu'il plaçait dans le genre humain.

Je salue très sincèrement le travail de Seksik et Sorel. C'est une superbe BD visuellement parlant et le fruit d'un très beau travail entre auteur et illustrateur. Je dis chapeau !

 

* : Stefan Zweig entama son autobiographie Le Monde d'hier, souvenirs d'un européen en 1934 en pleine montée du nazisme et l'envoya à son éditeur la veille de son suicide en 1942. Le Monde d'hier  c'est Zweig dans la vie artistique et intellectuelle du début du 20ème siècle et les profonds changements sociaux et politiques qui ébranlèrent l'Europe à cette époque.

** : roman de Victor Hugo décrivant... tout est dans le titre.