Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2013

Oyez, oyez !

On serait sur la piste d'un tableau de Modigliani perdu ! Une toile de maître inconnue du grand public cela n'a pas de prix vous imaginez bien. Tout le monde de l'art doit se lancer à sa recherche, certains pour l'amour (de l'art éhé), d'autre par cupidité, certains par ennui, d'autres parce que c'est leur métier, des étudiantes en histoire de l'art, des collectionneurs, des galéristes avides de gros sous et d'autres dans le besoin, des artistes dépités en mal d'argent..; On croise de tout dans Le Scandale Modigliani de Ken Follett, et surtout beaucoup de personnages, résultat on s'y perd et on a du mal à voir comment chacun va tirer son épingle du jeu. Le début du roman est particulièrement séduisant puisqu'on annonce la thèse d'une étudiante sur les effets des drogues dans la création picturale, c'est d'ailleurs son sujet de doctorat qui la ménera sur la piste du Modigliani perdu. J'en suis à la moitié du livre et pour le moment les pistes pour le retrouver sont plutôt maigres et pas très bien ficelés même si on voyage de Paris aux galeries de Londres en passant par la campagne italienne. Mëme si le scandale tant attendu tarde à se faire connaître, même si on se perd dans cet imbroglio de personnages secondaires, au final ça a son charme et pour le moment j'ai encore envie de finir le bouquin, voilà pourquoi j'en parle aujourd'hui, moi qui n'avait jamais lu Ken Follett (même pas Les Pilliers de la Terre, bouuuuh).

Modigliani on weed ça pourrait ressembler à ça, ou encore à ça ou ça. modigliani, le scandale modigliani, ken kollett
modigliani, le scandale modigliani, ken kollettmodigliani, le scandale modigliani, ken kollett

06/02/2013

Carton d'invitation

invitation à un assassinat, carmen posadasOlivia Uriarte n'est pas du genre à aimer les piques-assiettes qui s'incrustent dans les soirées où ils ne sont pas invités. Olivia Uriarte aurait détesté comme moi Les morsures de l'aube de Tonino Benacquista. Ses invités, elle les trie sur le volet, n'est pas invité qui veut puisque seuls ceux qui ont de bonnes raisons de la tuer sont conviés à fêter son divorce sur le luxueux yatch de son ex-mari. Son récent, et quatrième divorce, n'est qu'un prétexte fallacieux pour programmer son.... assassinat. Rien de moins. C'est ainsi que 8 personnes + OLivia se retrouvent à naviguer sur la méditérannée

Comme on dit quand on cherche la m.... on l'a trouve. Et tout le but de ce bouquin est de savoir à qui la mort d'Olivia soulagera le plus la conscience. Entre l'ancien amant qui a enfreint la loi pour elle, sa soeur qui est toujours passée en second, la jeune et candide top-model à qui Olivia a volé son dernier mari, la mère de celle-ci pour qui sa fille est tout, le nouveau petit-ami au passé mystérieux de cette même top-model, la star de cinéma et sa petite amie qui ont beaucoup à cacher, qui a le plus de bonnes et mauvaises raisons de voir la belle Olivia disparaître ???

Joli surprise que Invitation à un assassinat de Carmer Posadas, et surtout jolie mise en abymes de plusieurs romans dont Le meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie et Rebecca de Daphnée du Maurier. En plus, ça a un petit côté glamour qu'on ne trouve pas souvent dans les polars.

21/01/2013

... ou comment vous parler de Félidés

pir.jpgSi je vous dit que je vais parler d'un polar dont le héros est un chat, vous penser au Chat Potté, à Garfield, Isidor le chat malin ou encore aux Aristochats. Moi je vais vous parler de Francis, le héros de Félidés d'Akif Pirincci. Ici pas de chat qui se tient sur ses 2 pattes et parlent avec les humains, mais un chat comme on les aime, qui se la coule douce, gratte sa litière, pue en ressortant et vous réveille la nuit parce qu'il a la dalle. Un chat normal, sauf que dans le quartier de Francis une vague d'assassinat touche ses congénères. Pas de chats renversés mais plutôt des chats sauvagement assassinés et qui plus est apparement par d'autres chats. Ca parait encore un peu débile là non ? Mais loin de là, parce que Félidés est une vraie réflexion, parfois même difficile à suivre, sur les rapports des hommes avec les animaux, ce qu'on leur fait subir et comment ils peuvent nous le faire payer ensuite. Entre deux siestes et trois croquettes, Francis découvre  qu'il s'en ai passé des belles dans la maison où il loge, il y a de ça bien longtemps de terribles expériences scientifiques ont été menées au sous-sol avec pour cobaye un malheureux chat qui n'avait rien demandé à personne. On a tendance à croire que nos amis les chats sont justes bons à faire la sieste sauf que dans l'univers d'Akif Pirincci les chats sont revenchards et la violence du passé est à l'orgine des meutres d'aujourd'hui. 

J'ai lu Félidés il y a déjà quelques années et j'ai été saisi d'effroi en le lisant autant que dans un bon Franck Thilliez, pour dire que les histoires de chats c'est pas seulement pour les enfants et qu'on peut en faire un très très très bon polar qui vous amène à réfléchir sur l'innocence, la science et l'épuration ethnique. A lire !!!