Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2013

Pensée du jour : l'erreur est humaine

le temple de jérusalem, steve berryParfois j'aime me faire du mal avec des livres... A l'automne je n'avais même pas fini Le Code Jefferson de Steve Berry, au bout de 15O pages j'avais déjà appris tout ce que je voulais savoir sur cette organisation secrète qui a commandité l'assassinat de 4 présidents américains et sur ce fameux code de cryptage qui a réellement existé. Donc je voyais pas vraiment l'utilité de me farci les 400 pages restantes.

Fort du succès en France du Code Jefferson, Le Cherche Midi, l'éditeur de Steve Berry s'est empressé de publier le dernier succès outre-atlantique de l'écrivain. Je me suis fait avoir, entre guillemets, puisque j'en suis à la page 174 et que je n'ai pas encore envie de dormir. Ca s'annonce quand même plus alléchant, cet espèce de nouveau Da Vinci Code qui part à la recherche du trésor perdu du temple de Salomon tout en nous alléchant avec l'annonce d'un secret inédit concernant Christophe Colomb (cherchez le rapport...). Alors oui, d'accord je me suis peut être pas faite avoir, comme on dit y a que les cons qui changent pas d'avis donc pourquoi rester sur le mauvais souvenir d'un auteur ? C'est tout à mon honneur vous me direz. Mais bon ce qui me hérisse le poil n'a rien à voir avec l'histoire ou l'écriture de l'auteur. C'est... c'est... c'est... les coquilles !!!!! Mais y a plus de relecture chez les éditeurs ?!! L'erreur est humaine, mais ça fait toujours bizarre une coquille* ! Et ce n'est pas le Cherche Midi qui s'est dit "Ah tiens si on faisait une bonne blague !", non c'est un truc que j'ai remarqué dans plusieurs bouquins sortis très récemment chez de grands éditeurs. Crise oblige, on ne relit plus avant l'impression.

Alors vous me direz, c'est quoi le comble pour une fille qui a un DEA en Sciences du langage ? C'est de faire d'énooooormes fautes d'orthographe, sans parler de celles de syntaxe, et de tiquer quand elle voit une coquille dans un bouquin. Mais bon, moi ça m'irrite la rétine.

 

Pour finir si vous avez aimé Da Vinci Code (pas en ce qui me concerne) vous aimerez Le Temple de Jérusalem de Steve Berry.

 

*"Une coquille est une erreur de composition en typographie, que ce soit par omission (bourdon), par addition, par interversion, ou par substitution de caractères, initialement dans les ouvrages imprimés, puis par extension sur support dactylographique et informatique — où l'on parlera plutôt de faute ou d'erreur de frappe ou de saisie." Wikipédia.

14/04/2013

Pssst Taxi !

L'un  des tout premiers posts que je fais remonter tout simplement parce qu'avec ce jolie soleil qui arrive enfin je me verrais bien lire un bon Gendron en terrasse, et c'est pour bientôt car Road Trip son dernier opus vient tout juste de sortir !

taxi take off & landing, sébastien gendron, polarUn anti-héros qui se dévoile à lui même en même temps qu'aux lecteurs comme UN VRAI héros comme on en fait plus ! Un mec, la trentaine passée, toujours à passer derrière sa future femme et à côté de sa vie, part avec une bombe atomique alors qu'il attend sa future dans le salon VIP d'un aéroport. Part il à l'aventure ou fuit il une vie qui ne lui ressemble pas ? A vous de voir. Dans la lignée d'un Westlake (qu'il adore), avec une petite touche de Benacquista, Sébastien Gendron signe à la fois un hommage à James Bond et une belle parodie loufoque de roman d'espionnage avec tous les clichés (détournés) qu'on leur connait.
A lire !

11/04/2013

Décolage dans 5, 4, 3, 2, 1, 0... pages

mars aller-retour, pierre wazemLa Wazem Compagny est fière de vous accueillir pour unmars aller-retour, pierre wazem Mars aller-retour. Le voyage se fera en 120 pages soit 120 minutes environ, voir plus si vous prenez tellement de plaisir à votre voyage que vous vous arrêtez sur les plus belles bulles (ne ratez pas la magnifique vue de Mars depuis la terre au environ de la 69ème pages). Au décolage de Genève, vous sera servi une bio non exhaustive de l'auteur et de sa situation actuelle précaire sur plusieurs points. Une légère zone de turbulences et de questionnement quant à son avenir financier et personnel débutera votre voyage. Cette zone de turbulences sera vite dépassée, quand votre commandant Pierre Wazem se laissera guider vers Mars par un hérisson (à l'inverse des bateaux qui ne doivent jamais embarquer un lapin, les appareils de la Wazem Compagny voyagent toujours avec un hérisson à bord). Le voyage pourra sembler pénible pour notre commandant, qui une fois sur Mars devra affronter les affres de la page blanche et les turpitudes de son imagination qui parfois se fait attendre. L'atterissage se fera en douceur et avec soulagement pour notre commandant qui se sera livré à un récit hautement intimiste sur la création artistique et la reconquête de soi. Vous en ressortirez changé à jamais et vous direz que si la création est un sacerdoce, et que son cheminement est long et pénible regarder à l'intérieur de soi est vraisemblablement la meilleur solution.

mars aller-retour, pierre wazem