Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2013

J'ai tombé mais je m'ai pas fait mal

Les ados des années 90 reconnaitront la très célèbre réplique de Garth dans le légendaire Wayne's World. Si Garth à l'époque ne s'avait pas fait mal, apparement il n'en est rien de Stendhal A.K.A Henri Beyle A.K.A parfois Henri Brûlard (un petit problème de schizophrénie ce Riton). La chute honteuse et maladroite de son héros Lucien Leuwen dans le roman du même nom devant sa future doit avoir son origine dans une chute ridicule qu'il a lui même subit...Ou dans un trouble psychosomatique appelé trouble de Stendhal ou encore trouble du voyageur (si, si je vous jure, si wikipédia l'a dit c'est forcément vrai !). 

"Peut-on mourir d'art ?", voici les mots de Stendhal en sortant de l'église Santa Croce de Florence. Devant tant de beauté architecturale Riri s'est demandé si on pouvait mourir d'ébahissement. Apparement il s'en est remis mais son héros Lucien Leuwen, lui, a failli ne pas se remettre de la beauté de Mme de Chasteller puisqu'il en est tombé 2 fois (quel blaggueur ce Riton) de son canasson. Mme de Chasteller serait-elle une oeuvre d'art ?

ps : Stendhal était grenoblois mais détestait Grenoble, la seule qualité qu'il concédait à cette ville est que de partout l'on peut voir les montagnes et moi je déteste Stendhal.

Vogue la galère !

J'ai lu L'arche de Noé de Khaled Al Khamissi avec plus de facilité que je lis Naguibarche de noé, khaled al khamissi, littérature égyptienne Mafhouz, sur qui je traine depuis... des mois ! L'écriture est facile, fluide et résolument plus moderne que chez Mafhouz mais je dois dire à mon grand regret que ça n'a pas été le coup de coeur que je croyais. Les personnages du roman de Al Khamissi sont à l'image de la célèbre arche de Noé, une multitude de personnalités hétéroclites et représentatives de la société égyptienne qui à l'image des animaux de Noé sont à la recherche du Mont Ararat qui les sauvera. Depuis la chute de Moubarak et les événements de la place Tahrir, on connait beaucoup mieux les paradoxes et les problèmes sociaux de l'Egypte. Mëme si je suis allée en Egypte récemment, malheureusement je ne les connais que de loin et non de l'intérieur. Le roman de Al Khamissi est profondément ancré dans une réalité sociétale sombre et difficile, et je crois qu'il faut connaitre de l'intérieur la société égyptienne pour vraiment s'immerger dans la vie des personnages et leurs espérances de futur.
Malgré cela, je conseille tout de même cette lecture, plus on ferme les yeux moins on voit, loin de moi l'idée d'en dégouter les autres lecteurs !! Et quand on sait que c'ets publié chez Actes Sud on sait que c'est du lourd.

21/01/2013

... ou comment vous parler de Félidés

pir.jpgSi je vous dit que je vais parler d'un polar dont le héros est un chat, vous penser au Chat Potté, à Garfield, Isidor le chat malin ou encore aux Aristochats. Moi je vais vous parler de Francis, le héros de Félidés d'Akif Pirincci. Ici pas de chat qui se tient sur ses 2 pattes et parlent avec les humains, mais un chat comme on les aime, qui se la coule douce, gratte sa litière, pue en ressortant et vous réveille la nuit parce qu'il a la dalle. Un chat normal, sauf que dans le quartier de Francis une vague d'assassinat touche ses congénères. Pas de chats renversés mais plutôt des chats sauvagement assassinés et qui plus est apparement par d'autres chats. Ca parait encore un peu débile là non ? Mais loin de là, parce que Félidés est une vraie réflexion, parfois même difficile à suivre, sur les rapports des hommes avec les animaux, ce qu'on leur fait subir et comment ils peuvent nous le faire payer ensuite. Entre deux siestes et trois croquettes, Francis découvre  qu'il s'en ai passé des belles dans la maison où il loge, il y a de ça bien longtemps de terribles expériences scientifiques ont été menées au sous-sol avec pour cobaye un malheureux chat qui n'avait rien demandé à personne. On a tendance à croire que nos amis les chats sont justes bons à faire la sieste sauf que dans l'univers d'Akif Pirincci les chats sont revenchards et la violence du passé est à l'orgine des meutres d'aujourd'hui. 

J'ai lu Félidés il y a déjà quelques années et j'ai été saisi d'effroi en le lisant autant que dans un bon Franck Thilliez, pour dire que les histoires de chats c'est pas seulement pour les enfants et qu'on peut en faire un très très très bon polar qui vous amène à réfléchir sur l'innocence, la science et l'épuration ethnique. A lire !!!