Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2013

46 XY

46 XY, raphaël terrier, bande dessinée indépendante, boîte à bulles46 XY de Raphaël Terrier est bien plus qu'un album de BD indé. Ici on est dans du roman graphique pur et dur, pas de bulles mais le texte à côté du dessin, pas de cases mais de grandes illustrations très représentatives des émotions du narrateur, Raphaël Terrier lui-même. On pourrait même parler à la limite d'un texte illustrée. 46 XY c'est beaucoup d'émotions, même trop, lecteurs sensibles s'abstenir.

46 XYc'est le code génétique du futur bébé de  Raphaël Terrier et sa46 XY, raphaël terrier, bande dessinée indépendante, boîte à bulles compagne. C'est donc un garçon. 46 XY c'est l'histoire des quelques semaines de la grossesse de sa femme après la première échographie qui n'est pas porteuse de bonnes nouvelles. Le foetus souffre d'une anomalie : certains organes se développent en dehors de son abdomen.

46 XY pose la question douloureuse du choix d'un jeune couple en pleine détresse, de l'abnégation, de la peur de perdre celui qui va naître, de l'angoisse d'une vie  perdue... Et met en évidence la faille du choix de l'avortement en 4France avec le délai légal de l'IVG lorsque ce douleoureux choix est confronté à la maladie.

Sans moral, ni jugement sur ce qu'auraient fait d'autres qu'eux, 46 XY est simplement l'histoire de leur choix et simplement le leur. 

Si vous avez aimé L'Oeuvre de Dieu, la part du Diable de John Irving vous aimerez 46 XY .

18/04/2013

Pensée du jour : l'erreur est humaine

le temple de jérusalem, steve berryParfois j'aime me faire du mal avec des livres... A l'automne je n'avais même pas fini Le Code Jefferson de Steve Berry, au bout de 15O pages j'avais déjà appris tout ce que je voulais savoir sur cette organisation secrète qui a commandité l'assassinat de 4 présidents américains et sur ce fameux code de cryptage qui a réellement existé. Donc je voyais pas vraiment l'utilité de me farci les 400 pages restantes.

Fort du succès en France du Code Jefferson, Le Cherche Midi, l'éditeur de Steve Berry s'est empressé de publier le dernier succès outre-atlantique de l'écrivain. Je me suis fait avoir, entre guillemets, puisque j'en suis à la page 174 et que je n'ai pas encore envie de dormir. Ca s'annonce quand même plus alléchant, cet espèce de nouveau Da Vinci Code qui part à la recherche du trésor perdu du temple de Salomon tout en nous alléchant avec l'annonce d'un secret inédit concernant Christophe Colomb (cherchez le rapport...). Alors oui, d'accord je me suis peut être pas faite avoir, comme on dit y a que les cons qui changent pas d'avis donc pourquoi rester sur le mauvais souvenir d'un auteur ? C'est tout à mon honneur vous me direz. Mais bon ce qui me hérisse le poil n'a rien à voir avec l'histoire ou l'écriture de l'auteur. C'est... c'est... c'est... les coquilles !!!!! Mais y a plus de relecture chez les éditeurs ?!! L'erreur est humaine, mais ça fait toujours bizarre une coquille* ! Et ce n'est pas le Cherche Midi qui s'est dit "Ah tiens si on faisait une bonne blague !", non c'est un truc que j'ai remarqué dans plusieurs bouquins sortis très récemment chez de grands éditeurs. Crise oblige, on ne relit plus avant l'impression.

Alors vous me direz, c'est quoi le comble pour une fille qui a un DEA en Sciences du langage ? C'est de faire d'énooooormes fautes d'orthographe, sans parler de celles de syntaxe, et de tiquer quand elle voit une coquille dans un bouquin. Mais bon, moi ça m'irrite la rétine.

 

Pour finir si vous avez aimé Da Vinci Code (pas en ce qui me concerne) vous aimerez Le Temple de Jérusalem de Steve Berry.

 

*"Une coquille est une erreur de composition en typographie, que ce soit par omission (bourdon), par addition, par interversion, ou par substitution de caractères, initialement dans les ouvrages imprimés, puis par extension sur support dactylographique et informatique — où l'on parlera plutôt de faute ou d'erreur de frappe ou de saisie." Wikipédia.

05/04/2013

Dora

dora, minaverry, l'agrumeCa c'est un bel exemple de ce qu'on fait de bien graphiquement et scénaristiquement parlant en BD indé (-pendante ou alternative, comme vous préférez). Avec des traits pleins et ronds un peu comme Marjane Satrapi (Persepolis, Poulet aux prunes, Broderies...) et moins crayonnés que Nancy Pena (Le Chat du kimono tuerie 2011, Les Nouvelles aventures du chat potté), Minaverry l'Argentin, inconnu en France, raconte l'histoire en noir et blanc de Dora. Dora, juive marocaine de 16 dans le Berlin de la fin des années 60, a été transbahutée au gré de l'Histoire entre Paris, Amsterdam, Fez et Berlin. A Amsterdam son père a été déporté vers Aushwitz où il y est décédé, à Féz elle a grandi, à Paris habite sa mère. Et à Berlin elle travaille dans les archives récupérées aux nazis après la fin de la guerre.

Dora n'oublie pas les camps, n'oublie pas son père et n'oubliedora, minaverry, l'agrume Josef Mengele le médecin d'Auchwitz disparu depuis la chute de Berlin. Tous les jours elle photographie les archives concernant les nazis qu'on a pas encore retrouvés avant  Nuremberg, surtout celles qui traitent de Mengele. Elle se fait sa petite collecte d'archives persos, comme un écureuil sa provision de noisettes, jusqu'à ce qu'elle revienne vivre avec sa mère à Paris. A Paris, son histoire et son intrépidité vont lui faire rencontrer de jeunes militants communistes et elle croisera sur sa route les porteurs de valises du FLN. Ce sont ses archives et son amie d'enfance Judith, partie en Argentine avec sa famille qui vont lui ouvrir les portes de l'espionnage et des réseaux d'exflitrations des anciens nazis, réseaux favorisés par les péronistes en place pendant la seconde guerre mondiale. Parce qu'il semblerait bien que Mengele a été reperé en Argentine. La clef de sa mission là-bas réside dans un mystérieux personnage qu'on imagine bien travailler pour le Mossad même si ce n'est jamais dit.

dora, minaverry, l'agrumeDora , c'est tellement de la BD indépendante que c'est seulement quand on a fini l'album qu'on sait que ce n'est pas un one-shot ! Il y a un deuxième tome mais pas de tomaison sur le premier, pas de titre de série et pas titre pour le premier tome. AAAAAAh je suis restée sur ma faim, car Dora m'a complètement scotchée par le dessin et par le fond, parce qu'en plus d'être une histoire avec un petit H en marge de celle avec un grand H, Dora c'est aussi le parcours initiatique d'une jeune fille qui découvre le sexe, les clopes, les causes militantes, la responsabilité de ses actes, la conscience...

 Si vous aimez Dora , alors vous aimerez le premier tome (seul paru pour le moment) d'Ernesto par Gabriel Ippoliti, sur la jeunesse romancée mais peut être pas si fictive que ça du Che.