Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2012

Avertissement : ceci n'est pas le dernier Marc Lévy !

15183.jpg

Avec un titre comme Auprès de moi toujours, je me demande ce qui a pû m'attirer dans ce film au premier abord. Sans aucun doute le trio d'acteurs bien en vue sur la jacquette : Kiera Knightley, Carey Mulligan (vue dans le fabuleux Drive) et Andrew Garfield (le co-fondateur de Facebook dans The Social Network).

Kathy, Ruth et Tommy sont 3 enfants élevés à Hailsham un pensionnat (orphelinat ? mais où sont leurs parents) plus que spécial, où tout est fait pour favoriser leur épanouissement intellectuel, créatif et physique. Les enfants du pensionnat sont très spéciaux, on ne cesse de leur répéter, et leurs "Gardiens" s'évertuent à leur faire comprendre l'importance de leur santé dans le rôle qu'ils auront à jouer plus tard au sein de la société. Ces enfants sont là pour faire le bonheur des uns et leur propre malheur, puisque dès l'adolescence ils commenceront à donner un organe, puis 2, puis 3... pour sauver un inconnu. Et mourirront très certainement au bout du troisième don. Sauf qu'ils veulent vivre même si le jeu est clair : ils ne vivront pas. Ils veulent faire l'amour, aimer, devenir acteur, travailler, voyager... mais on a décidé à leurs places. Alors lorsque Kathy aime Tommy qui lui a une relation avec Ruth, tout s'emmêle alors que ces gamins qui n'ont pas 600neverletmego1.jpgle droit de vivre veulent sauver leur peau. Le film a une dimension atemmporel puisque les vêtements des personnages datent des années 70 mais que manifestement le clonage est déjà une réalité scientifique ! La question est : pourquoi cette dimension hors du temps ? Parce que ça rappelle qu'on ne peut pas choisir à la place des autres, et que oui, la bioéthique en médecine n'est pas une donnée atemporelle et toujours respectée malheureusement.

C'est les dangers du clonage mais c'est émouvant, beau et c'estune magnifique adaptation du roman de Kazuo Ishiguro.
podcast

17/04/2012

Que Dahl

Ahhhh bien sûr que j'y comprends quelque chose à Roald Dahl ! Les écrits loufoques sur fond de fantastique de Roald Dahl sont magiques, quoi que parfois un peu écoeurants... essayez de lire Charlie et la chocolaterie après l'indigeste, quoi que savoureux, week-end pasqual.

Le recueil de nouvelles Kiss kiss est un petit délice de lâcheté humaine, Roald Dahl dénonce aRoald Dahl, kiss kiss, coup de gigot, gelée royalevec humour tous nos petits travers avec des thèmes qui lui sont chers : le mari qui trompe sa femme, la femme qui trompe son mari, l'homme qui veut tuer sa femme et inversement. Souvenez vous du fameux coup de gigot !!! ahah le crime parfait, bon ok vous ne le trouverez pas dans Kiss Kiss...

Mais vous trouverez tout aussi bien !!! Et pour tous ceux qui se bourrent de gelée royale et de propolis, hésitez 2 fois avant de lire la nouvelle intitulée Gelée royale ! Roald Dahl est bien plus connu pour ses romans jeunesse, mais ceux destinés aux adultes comme Kiss Kiss valent largement le détour !

16/04/2012

Osez faire le mur !


podcast
Vous allez adorer ne rien comprendre à « Faites le mur » !

Que dbanksy-rat2.jpgire d’un film annoncé sur Banksy, le désormais célèbre et coté artiste de street art, qui n’est pas un film sur Banksy ?

Dès les premières minutes, le ton est donné : le sujet du film ne sera pas l’artiste dont personne ne connait le vrai visage, mais un français émigré depuis 20 ans aux Etats-Unis, passionné de street art et de cinéma, du nom de Thierry Guetta qui devient au fil du film un artiste complètement mégalo que plus personne n’arrive à contrôler : Mr Brainwash.

A la fin du DVD il est très difficile de le classer, est-il une pure fiction ? Un  documentaire sur les dérives du street art ? Ou un documentaire fictif sur les possibles dérives de l’art au 21ème siècle ? A chacun de chercher où s’arrête le documentaire et où commence la fiction. Fidèle à son image d’artiste subversif, discret par sa personnalité mais pas par son art, Banksy reste rebelle et continue d’avancer hors des clous, à l’image des rats qu’il peint  partout en train de prendre le pouvoir.