Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2012

Toute sortie est définitive

Histoires sans issuesSans concession, mais sans voyeurisme aguicheur, T.C Boyle décrit nos travers dans "Histoires sans issue". En s'inspirant des petites et grandes lâchetés de la vie quotidienne, il peint un portrait peu flatteur de no notre société et de ses "valeurs". Si jamais les habitants d'une autre planète tombaient sur les nouvelles de Boyle, quelle image auraient-ils de nous ? A coup sûre ils seraient frappés par nos lâchetés, nos petites ambitions jalouses, nos yeux bandés par la religion et nos inconstances quotidiennes. Je dois être salement naïve (un autre de nos travers), pour uitiliser autant de fois le mot "lâcheté" dans mes posts...

Je suis toujours un peu admirative des auteurs qui écrivent des nouvelles, parce que conter une histoire en quelques 15 ou 20 pages tout ne laissant le lecteur songeur, c'est quand même un tour de force. Je ne vous ai jamais expliqué comment je choisi un livre. Alors il y a les conseils bien sûr, le quatrième de couverture évidemment, l'envie/le besoin de combler mes lacunes en classiques contemporains...

Mais surtout, surtout et par dessus tout, le titre ou le nom de l'auteur qui me racontent déjà une histoire. T.C Boyle ? T.C ? Thomas Coraghessan ? Quelle histoire personnelle se cache derrière ces initiales et plus encore derrière ce nom que seuls les anglo-saxons savent prononcer ? Et ce titre "Histoires sans issue" ? Et bien des histoires pas très optimistes on l'imagine, et on fait bien, comme celle de ce père qui, en état d'ébriété, demande à sa fille de 10 ans de prendre le volant à sa place.

On dit souvent que le hasard fait bien les choses, et là il a vraiment très bien fait. Un livre à lire sous un plaid un dimanche froid et sombre d'octobre !